Nous tenons à vous remercier d’avoir été plus de 550 signataires de notre pétition relative à la tarification du service d’Aide et Accompagnement à Domicile décidée par le Conseil départemental du Val de Marne.

 

Pourquoi notre pétition s’adresse-t-elle au Président du Conseil Départemental ? Car notre action relève de sa seule compétence.

 

Il nous semble dommage que le Département ne s’appuie pas sur notre revendication pour demander aux financeurs, telle que la CNSA, les moyens suffisants pour un travail garantissant les principes de sécurité, de continuité et de qualité.

Nous vous laissons méditer sur ce paradoxe que beaucoup de structures subissent : comment garantir ces 3 principes que sont :

  • La sécurité des personnes aidées et des salariés,
  • La continuité des interventions 7 jours sur 7 et,
  • Une prestation de qualité individualisée valorisant les capacités fonctionnelles de la personne aidée (et ne pas faire à la place),

Avec moins de moyens (-15% entre juillet 2016 et janvier 2017) plus de qualité et plus de performance !

Malgré de nombreux rapports réalisés sur l’aide à domicile ces dernières années, les SAAD continuent à rencontrer des difficultés financières, devenues structurelles pour certains.

 

Deux rapports récents, qui  reconnaissent le coût réel moyen horaire d’intervention à domicile à 24,24€, ont été publiés :

 

 

Le Conseil d’Administration d’Ages et Vie a sollicité une entrevue auprès de Monsieur Christian Favier, Président du Conseil Départemental du Val de Marne. Pour cette rencontre, qui a eu lieu le jeudi 4 mai 2017, le Président a délégué Monsieur Houx son directeur de cabinet, Monsieur Granger, directeur général adjoint et Monsieur Béziau, directeur financier pour nous recevoir.

 

Alors que nous ne demandons que le respect de la règlementation en matière de tarification, ils nous ont signifiés que, compte-tenu des finances départementales, il ne fallait pas attendre davantage.

 

Sur notre question de prendre en considération la particularité des publics sur certains secteurs d’intervention, il nous a été répondu qu’il n’y a aucune spécificité sociodémographique sur notre territoire d’intervention comparativement aux autres secteurs et que, par ailleurs si des structures peuvent travailler à 20.25€/heure, il n’y a aucune raison de prendre en considération un caractère particulier lié à notre association et son activité.

 

De ce fait, en 2016 l’application de ce tarif à 21.60 € a entraîné un déficit de 171 010€.

 

En 2017, le tarif a été arrêté à 20.25 € auquel s’ajoutera une subvention de 0.75 € de l’heure consentie par le département pour montrer son implication et sa bonne volonté. Dans ces conditions, le déficit pour 2017 s’élèvera à 340.000€. Soit un déficit cumulé pour ces 2 années de 510.000€

 

Ages et Vie ne pourra pas faire face à une telle perte, la poursuite de notre activité d’aide à domicile est  donc menacée.

 

Tout cela traduit une grande méconnaissance et un profond mépris de la vie associative en assimilant les associations à des entreprises commerciales, en les restreignant à un rôle de prestataires, en les invitant à se regrouper sous la contrainte, alors que la diversité associative est un trésor.

 

Si vous êtes sensible à notre démarche et notre argumentaire et que vous souhaitez soutenir Ages et Vie, mercide suivre le lien pour signer la pétition, et de la diffuser largement.

 

Pétition